2016 09 18 -- Trialong Bois le Roi (Half)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

2016 09 18 -- Trialong Bois le Roi (Half)

Message  WiMo le Jeu 22 Sep - 10:25

Mon CR :

Distances (Annoncé / mesuré):
NAT : 1,9 km / 2,1
VR : 90km / 97 , D+ 534m
CAP : 21km / 20, D+ 170m
Météo: grisaille, environ 20°

Un half 2 semaines après le XL de Gérardmer : stupide, crétin ? pas raisonnable ?
Un peu de tout. Sachant que ça n’est pas bien raisonnable, je m’inscris :
- Comparaison avec une course de 2015.
- Plaisir de faire du roulant, après Gérardmer.
- Voir comment le corps réagit, travailler la gestion de la fatigue sur du long
- Parceque pas trop loin, qu’il y aura des trinos (je n’y serait certainement pas allé et aurais couru le trail des fonds de cayenne, sinon).

Le jeudi midi, je passe à la ligue pour récupérer le dossard, je prépare çà, je sens que je vais pas avoir le temps de le faire tranquillement d’ici au samedi (pas loupé), je prépare mes affaires à l’arrache le samedi soir, sans checklist : trifonction, combard, baskets, bike shoes casque, dossard et puce, 2/3 trucs à manger, la vaseline et le pq l’essentiel est là, pendant ce temps le gatosport est dans le four ( le vrai le micro onde, surtout depuis que j’ai vu le résultat de Luc à Gérardmer).

4h30, le réveil sonne, je resterais bien au plumard quand même, j’ai une pensée pour Lolo et Le Mac qui ont dormi dans le van de Steph (c’est malin, avec les échanges par mail, je les vois trop ambiance brokeback moutain).
Pas spécialement faim, je réveille le tube digestif avec une part de gatosport et de l’eau, je mangerai le reste sur la route.
C’est parti, 13°C au tableau de bord, un brouillard qui m’oblige à rouler à 70 sur l’A13, quelques gouttes de pluies => #Mèkeskejefoula. Je mange mes gatosports et sandwich grison/emmental sur la route pour oublier la fatigue, la météo peu engageante et essayer de me mettre dans la course, mais ca marche pas trop (pas du tout en fait).
J’arrive vers 6h45-7h sur la base de Bois le Roi. Quelques gars sont déjà prêts et se préparent, le premier d’une longue cohorte et le parking se remplit vite derrière moi, pile au bon moment. J’avais déjà le dossard trouilloté et disposé sur la ceinture, j’ai plus qu’à estampiller mon vélo avec la plaque 384. Je me dirige tranquillement vers le parc à vélo.

Je cherche le marquage, quedalle, mais comme les arbitres laissent rentrer les gars sans, j’avance, contrôle rapide du spad (rapide = juste la plaque, freins pas testés) et de la jugulaire, l’arbitre à l’entrée du parc me dit pour le triathlon c’est à droite. Je vais vers la droite et ça mène sur … bah sur rien, le parc à vélo est commun duathlon/triathlon. Ca commence bien l’orientation de la course (j’ai souvenir que Le Mac eu des soucis sur le parcours vélo l’année dernière)
Je sors mes affaires tranquillou du sac, histoire de checker que je n’ai rien oublié dans la voiture, je vais faire un tour au sanitaire avant que la meute ne les prenne d’assaut et rende l’endroit irrespirable (minute poésie du CR),
Je vais courir quelques minutes pour faire monter un peu le cardio et essayer de rentrer dans ma course.
Je reviens au parc, Le Mac finis de s’installer en me demandant ou je suis installé … (bah juste à coté de toi Steph :p ), Lolo est là aussi. On finit de se préparer, on va poser les sacs à la consigne (cool je repartirai pas sans sac comme en 2015), dans la bonne humeur et surtout l’insouciance d’une compet sans enjeu. Je file un peu de vaseline à Lolo (encore plus en dilettante que moi Smile )
On va tester l’eau (sauf Lolo qui fait son timide), elle est juste comme il faut niveau température, je mets la combi en place pour avoir les bras bien libre et ne pas être compressé au niveau du buste.

Niveau ambiance, c’est pas terrible, déjà qu’il fait pas spécialement beau, qu’il est tôt, pas de musique, pas d’applaudissement entre nous, on entend pas le brief. Bref il est vraiment rustique et tristoune ce trialong (la suite sera pas mieux, je ne reviendrai pas la dessus ; ça contraste avec Gérardmer ou Gravelines …). La petite pause humour avec le concurrent qui nous demande le parcours nat et demande ce qu’est l’australienne dont on lui parle. « Et il y a un contrôle qu’on fait 2 boucles ? ». Non. .oO(bon toi t’es parti pour gruger et faire qu’une boucle …)

Bref je suis toujours pas concentré sur la course, un peu comme Laurent et à l’inverse du Macosaure prêt à bouffer les pieds du mec qui nagera devant lui.

La Nat : un pauvre coup de sifflet nous surprend et donne le départ, juste le réflexe de lancer le chrono et on court. Et là le déclic, oublié la fraîcheur et la grisaille, la fatigue, je passe en mode squale et rentre dans la ma course.
La première bouée n’est pas loin, ca promet encore une belle poissonnerie, ca distribue quelques coups, rien de méchant, je me faufile entre 2/3 brasseurs (déjà en brasse les méduses ?), ça bouchonne à la première bouée. Je prends pas mal de coups après la première bouée, dont un dans les côtes par un brasseur , limite à me couper la respiration (je ne comprends toujours pas pourquoi des mecs partent devant et aussi vite pour être cramés à la première bouée …). Avec l’expérience de Cublize 2015, je me détends, respire et ça repart, je ne perds pas trop d’influx 
Ca commence à s’étirer, je pose ma nage sur un rythme qui me paraît bon et je reprends quelques concurrents partis en surrégime, et d’autres plus rapides me passent. Ca chahute un peu sur les bouées, là encore rien de méchant. Au retour, je me mets sur la droite pour éviter le banc de sable sur la gauche (obligeant à marcher avant de renager) puis l’australienne. Première boucle en 18’30, base correcte, il faut que je maintienne ma nage pour taper le 35’
2 eme tour, après la première bouée, je ramasse un gars qui alterne brasse et sprints en crawl, et j’arrive pas à m’en dépétrer de toute la ligne aller, à croire qu’il me ciblait, aux bouées du fond je lui fait l’intérieur, un coup de latte au passage (il a encore une dette vu ce qu’il m’a distribué), sur le retour j’ai droit au slalomeur qui nage à ma vitesse (celui qui s’écarte, revient tout en nageant à votre vitesse … ) jusqu’au banc de sable (héhé) : coincé il marche.
Je sors en 39’, pas super content de moi, je sais que je vaux 35-37 sur half et j’ai pas l’impression d’avoir ménager mes bras …

T1, Lolo est déjà sur son slot, Le Mac parti sur le vélo (pas une surprise). Je prends le temps de bien m’essuyer les pieds, mettre les chaussettes, le maillot trino et c’est parti mon kiki.

Vélo :
L’orga a eu la bonne idée de faire le trajet dans le sens inverse de l’année dernière, ce qui évite les embrouilles du début de parcours, la côte avec du 15% d’entrée de jeu. Le début de parcours a été revu et est assez casse patte : pas mal de petites bosses, traversées de village avec leurs dos d’ânes, beaucoup de relances. Quelques gars euphoriques me reprennent (je suis à 35 de moyenne, on se retrouve dans 20 bornes les gars …)
J’ai pas mal de jus, j’avale les bosses en 39x21 qui me paraissent faciles (merci Gérardmer). Les gars qui m’avaient doublé pour une grande partie dans les premiers hectos commencent déjà à coincer et je commence à reprendre du monde. La grosse montée est passée avec le 25, histoire de pas me cramer les cuisses. Arrive le premier ravito, mon bidon d’eau enrichie en Zero est ¾ plein, je me dis que je vais pas changer de suite et quand je vois en plus que ce sont des bouteilles d’eau qui sont distribuées (le truc ingérable en course …), rien à becter, je me dis que c’est du foutage de gueule et les ravitos vélo sont pires que l’année dernière, en même temps, je prévois l’autosuffisance, les ravitos permettant de varier les plaisirs, aller hop une barre à la pizza. Je regarde la moyenne 28,7, pas trop mal, la seconde partie est connue : c’est de la ligne droite : prolongateurs. Pas trop de vent, je reprends des gars, jusqu’à un moment ou plus personne devant … je me demande si je me suis pas gourré de chemin, mais j’arrive à la fin de la première boucle, la moyenne est bien remontée : 30,8. J’ai bien géré mon effort, bu régulièrement, la fatigue arrive doucement, mais j’ai encore un peu de jus.
Début de la seconde boucle, toujours personne en vue , ca doit faire 10 bornes que j’ai pas vu un gus devant moi, et puis là je comprends : une quinzaine de gars se suivent en draftant allègrement (interdit dans le règlement de la course … ), en respectant bien les 10cm d’écart (à on me dit que c’est 10 m la distance à respecter ?). Je m’accorde une pause restauration et avale un sandwich grison/emmental à près de 35 de moyenne, je commence à doubler le troupeau et attaque les quelques bosses. En haut d’un faux plat, je m’accorde une pause pipi salutaire pour la vessie, mais qui me casse les jambes net.
J’ai du mal à remettre du rythme, je commence à avoir mal aux épaules (je n’ai pratiquement pas roulé sur le clm cet été pour préparer Gérardmer avec le classique), les jambes commencent à se rappeler qu’elles ont fait un half en montagne il y a 2 semaines. Bref pas évident de continuer à envoyer du lourd, mais je continue de reprendre quelques concurrents du troupeau qui s’est étiré avec les bosses usantes du début de parcours, ça m’aide à rester en aréo et garder une moyenne élevée (env 35 sur le roulant). Malgré tout, la moyenne sur le tour peine à atteindre les 29.
J’attaque la dernière ligne droite qui nous amène à la base et je vois des gars déjà retirer les scratchs et ralentir, il reste 1km … mais ça fait mes affaires, je reprends 3 gus comme çà.

Je pose le vélo en 3h17, j’ai tenu la moyenne que je me fixais (30), mais je sens que le manque de clm cet été se fait sentir (surtout les épaules et la nuque). Les jambes sont un peu dures, mais je suis confiant pour la CAP, ça devrait tenir en gérant.

CAP : la boucle commence par une petite descente et une petite montée, humm sympa comme entrée en matière pour se mettre les jambes en vrac, le premier passage ne pose pas de problème et niveau cardio, ca réagit bien, je passe les premiers faux plats en courant, mais je sens que si j’accélère, ça va coincer, je maintiens ce petit train puis je tente d’accélérer sur le plat qui suit, les jambes n’arrivent plus à suivre et sont à la limite de la crampe, je me résigne à une allure souple, je bosse la posture pour essayer d’être efficient à défaut d’être efficace. Premier ravito, un peu d’eau, second ravito, un petit red tonic pour reprendre des forces, un peu de coca/orange et je repars en courant, je finis la première boucle en 43’ je suis parti sur une base de 2h15, pas terrible mais bon mon record sur un semi sec cette année doit être vers 1h55, donc pas si déconnant et en tout cas, je suis en bien meilleur état qu’à Gravelines ou Gérardmer et je sens bien le semi dans un temps honnête pour mon niveau.
Deuxième boucle, début toujours en courant, meme dans les faux plats, mais ca commence à cramper sur le haut du dernier faux plat et j’étire, je marche, je repars en courant sur la section roulante, premier ravito je prends un tuc eau/coca, je repars, second ravito, orange, eau et deuxième red tonic pour tenir jusque la fin de course, je repars en courant. Seconde boucle en 48’, je limite la casse : predictor m’annonce un 2h20 sur le semi.
Dernière boucle, l’iscio gauche commence à être douloureux et me contraint à 3-4 arrêts étirements/marche dans la petite montée. Je bois aux ravitos et recours sur les sections roulantes. Arrive le finish, je regarde, un gars est quelques hectos derrière, je sens qu’il va vouloir me griller la politesse (meme si je l’ai doublé quand il marchait sur la CAP), je donne tout ce que mon iscio gauche me permet mais le gamin me fait le sprint et me double et va fanfaronner devant ses potes.
Je boucle le semi en 2h23, pas génial, mais je m’en contente pour un second half en 2 semaines.

Je regarde le chrono en passant la ligne et je vois .. 6h40 ???!??? je sais que le dernier tour n’a pas été fameux mais damned … au final le temps affiché est celui pris sur le départ du duathlon qui s’est élancé 10’ plus tôt. Je finis en 6h29

Je debrief de la course avec Laurent et Steph qui fait 3eme GA et Top 10. Bravo à lui. Je me dirige vers le ravito final qui ressemble à quelque chose (fruits, de quoi faire des sandwich, babybel, gateaux, St Yorre …) et on attend que le Mac ait sa récompense, on attend, je vais reposer les affaires et le vélo, on attend, et on attend toujours pour la photo du Mac sur le podium. Enfin ! le petit cliché et zou on rentre (dans les bouchons :/ ).

Prise de recul :
- Je ressors « satisfait » pas du temps dans l’absolu, largement perfectible, mais parceque niveau des sensations, je sens que j’ai la distance et commence à maitriser le rythme, le plan d’alimentation (pas de blocage, de coup de mou, déhydratation, ou grosses crampes), les sensations, j’ai le sentiments d’avoir des repères et que maintenant, mes halfs vont se jouer sur l’amélioration des perfs plus que l’idée « est-ce que je vais finir ? »
- En « comparant » avec 2015. Je gagne 2’ sur la nat , 5’ sur la cap. Pour le vélo 30 de moyenne rapportés au 86 de 2015 donneraient 2h52, soit un gain théorique d’environ 11’. Au final sur le parcours 2015 j’aurais approché les 6h04, -18’. Bonne progression et le sub 6h n’est pas loin 
- La récup reste bonne et à part quelques courbatures dans les jambes, pas de problèmes tendineux à signaler.
- Si je compare avec Gravelines, la nat est moins bonne, le vélo un poil moins bon (30,5km/h - Gravelines n’avait pas ce côté relances et petites bosses qu’on a eu au debut), mais le semi est mieux passé que dans le nord.
avatar
WiMo

Messages : 252
Date d'inscription : 25/10/2014
Age : 41
Localisation : Epône

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum